Cap sur 2025 : Repenser la maintenance

Vision pour l'avenir

Peter Bakkum a fait ses débuts chez Interflon à une période plus que passionnante. «Tout d'abord, Interflon est prêt pour l'avenir. En tant que solution globale pour les problèmes de maintenance, nous travaillons à partir d'une base solide : un ensemble de lubrifiants de haute qualité aux excellentes propriétés, dont la technologie unique MicPol®, des sites de production répondant aux exigences les plus modernes et un système logistique optimisé. »

«En outre, nous disposons d'une équipe de spécialistes qui savent que pratiquement toutes les machines industrielles font face à des problèmes de lubrification. Ce sont des personnes passionnées qui conseillent leurs clients, qui les guident éventuellement dans la mise en œuvre d’une lubrification performante à travers des produits et des processus, qui peuvent assurer des formations et qui, le cas échéant, peuvent décharger complètement les clients.»

« De plus , il y a des développements en dehors d'Interflon qui sont à la fois inquiétants et intéressants. » poursuit Bakkum. « L'important dans ce contexte est le problème climatique mondial, qui est abordé dans l'Accord sur le climat, entre autres, en mettant l'accent sur la réduction du CO2. Dans l'industrie, la majeure partie du CO2 est produite par la combustion de combustibles fossiles. Celle-ci est à nouveau nécessaire pour produire l'énergie nécessaire aux motorisations essentiellement. Quand on sait que 20 % de la consommation d'énergie dans le monde est "perdue" à cause des frottements, on comprend combien il est important de les réduire. Il suffit de suivre la réaction en chaîne : moins de frottement, moins de consommation d'énergie et, en fin de compte, moins d'émissions de CO2. »

L’importance de la lubrification dans la maintenance industrielle

Plusieurs éléments sont importants pour réduire les frottements. Tout d'abord, une machine ou une installation doit fonctionner correctement, c’est primordial. Cela signifie : l'utilisation de composants adaptés à l'environnement (température) et à l'application (charge). En outre, un bon alignement est essentiel. Lorsque celui-ci est correct, les possibilités de réduire davantage le frottement se trouvent dans un bon processus de lubrification.

Peter Bakkum : «Bien qu'il y ait encore suffisamment d'entreprises qui considèrent la maintenance comme une tâche secondaire et le "graissage "comme une tâche pour le plus jeune employé, on constate un revirement. Les entreprises prennent les processus de lubrification plus au sérieux et se rendent compte qu'une nouvelle approche intégrée est nécessaire pour diverses raisons. Certainement pas seulement dans le contexte de la réduction du CO2, mais aussi parce qu'une bonne maintenance des machines grâce à la lubrification réduit les coûts et augmente le rendement. »

En chiffres concrets : l'absence ou le mauvais processus de lubrification est responsable de pas moins de 15 à 40 % des coûts de maintenance. Ceux-ci sont dus aux heures nécessaires pour résoudre les arrêts imprévus - souvent liés aux roulements - mais aussi aux matériaux et composants qui doivent être remplacés de manière anticipée. Peter Bakkum : «Enfin, une lubrification insuffisante entraîne des pertes de production dues à des arrêts et à des intervalles de maintenance plus courts. Ces derniers peuvent à leur tour être liés à la formation de chaleur et d’usure en raison de la friction. En résumé : nous appliquons un bon lubrifiant pour réduire les frottements en termes de coûts, de rendement et de climat.»


Contact
x

Contact